Créer un compte

  • Panier : (vide)

Benjamin Loyauté

Benjamin Loyauté (né en1979, en France) se définit comme un do-er, auteur, vidéaste, réalisateur, artiste et designer-scénariste. Il poursuit depuis quelques années une réflexion sur les écosystèmes contemporains de l’art et du design à travers le langage. Sa recherche et son travail évoluent à la frontière de systèmes collaboratifs et transdisciplinaires : héritage et anthropologie, art et sémantique, design et géographie. Passé par le commissariat d’exposition et la direction artistique (Grand Palais, Paris ; Biennale internationale du design de Saint-Étienne, musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne ; National Museum Of China, Triennale de Beijing ; Power Station of Art, Shanghai…), il mène depuis une réflexion sur nos sociétés contemporaines, l’influence du langage, de la culture et du temps dans un contexte donné. Benjamin Loyauté a passé des années à expérimenter la géopolitique du design, la valeur symbolique et d’usage des objets.

Il a participé à des workshops, colloques, jury et conférences internationales (Haute École d’art et de design, Genève ; université Tsinghua, Beijing ; université de Shanghai ; Mudam, Luxembourg ; université du Luxembourg ; UCL, Art & Sciences department, Londres ; Mori Art Museum Forum, Tokyo ; Sciences Po, université Paris I Panthéon-Sorbonne (centre Michelet), Paris ; Design Miami / Basel...). À travers ses films et ses œuvres, il explore des situations réelles et contemporaines, choisissant de passer de la théorie à la praxis (action). En 2015, son exposition « Hypervital » est perçue comme décisive. Dès lors, il dessine une pratique fondée sur un nouveau format d’intervention artistique. En 2016, c’est le projet The Astounding Eyes of Syria qui est retenu pour représenter la France à la 1re Biennale internationale du design de Londres. Plus de deux ans de travail auront été nécessaires pour imaginer le départ de cette œuvre composée en chapitres, dont le troisième volet dévoile à la Somerset House, en septembre 2016, un film manifeste, de dix-huit minutes, tourné à la frontière Syrienne. Le film explore l’importance de la culture immatérielle, la force de langage et le statut magique des objets au quotidien.