Créer un compte

  • Panier : (vide)

Jacques Vaché

D'origine anglo-irlandaise, Jacques Vaché fait preuve de talents littéraires subversifs dès le lycée, en créant avec des amis une revue pacifiste intitulée En route mauvaise troupe qui traîne dans la boue des institutions telles que l'armée ou la bourgeoisie, et ne connaîtra qu'un seul numéro. Suivent, dans la même veine, quatre numéros du Canard sauvage. Blessé pendant la Première Guerre mondiale, c'est durant sa convalescence qu'il fait la connaissance d'André Breton, qui n'est alors qu'un simple interne en médecine. De leurs discussions, et principalement des idées et des prises de position de Vaché, naîtront dans l'esprit de Breton les grandes lignes du surréalisme à venir. Breton l'avouera lui-même en 1924 : « En littérature, je me suis successivement épris de Rimbaud, de Jarry, d'Apollinaire, de Nouveau, de Lautréamont, mais c'est à Jacques Vaché que je dois le plus ». Connu et admiré pour ses frasques plus que pour son « ?uvre » (inexistante, au sens strict du terme), il meurt en 1919 d'une overdose d'opium dans un hôtel de Nantes.