Créer un compte

  • Panier : (vide)

25,00 €

Annette Messager

Dessus Dessous

120 pages
23 x 20 cm
livre broché, dos nu, cousu au fil bleu
Textes de Barbara Forest, Anne-Claire Laronde, Dominique Viéville, Yves Sabourin, Annette Messager
langues : français / anglais
publication : 2015
ISBN : 979-10-90490-90-1

Le musée des Beaux-Arts et la Cité de la dentelle et de la mode de Calais ont proposé à l’artiste Annette Messager d’investir leurs espaces. Pour la première fois, depuis l’ouverture de la Cité de la dentelle et de la mode en 2009, est organisée une résidence artistique qui marque l’intérêt des deux établissements pour la création, et les liens opérés depuis longtemps entre art et mode, artisanat et industrie, création et patrimoine, savoir et savoir-faire, transmission et geste. « Dessus Dessous », c’est aussi l’exposition d’une histoire : celle des relations de l’artiste avec ses œuvres plus anciennes et la ville de Calais.

Quatorze œuvres et installations, inédites en France pour la plupart et créées pour l’occasion, monumentales ou plus intimistes, sont présentées dans les espaces temporaires du musée des Beaux-Arts et dans les espaces permanents de la Cité de la dentelle et de la mode. Des œuvres où il est question d’odyssée, de déplacements, de Rodin mais aussi de mode, de couturières, de collants et de soutiens-gorge. « Dessus Dessous » est une exposition exceptionnelle que l’artiste offre à Calais, ville qui l’a accueillie il y a déjà plus de trente ans et dont elle ne cesse de s’émerveiller devant la fabrication de la dentelle : « Ces petits morceaux de tulle ou de dentelle, si légers, si délicats, si sophistiqués, sortent magiquement du ventre d’énormes machines vibrantes et bruyantes, un mystérieux enchantement ! ».

Marquée dès son plus jeune âge par le Monument des Bourgeois de Calais d’Auguste Rodin, Annette Messager est attachée au corps comme les six bourgeois à leur corde. La clef disproportionnée et terrifiante de Jean D’Aire a servi de modèle à tous les objets du quotidien qu’elle a mis en scène par la suite. En 1982, elle présentait au musée des Beaux-Arts et de la dentelle de Calais une série fondatrice, « Chimères ». Le musée en acquérait une l’année suivante, de même qu’une œuvre de la série des « Robes » en 1997. Trente ans plus tard, suite à un dégât des eaux, elle redécouvre ses « Chimères » abîmées. Leur nouvel état lui inspire une présentation différente exaltant le dessus dessous. À partir de ces figures hybrides, qu’elle a transformées, elle propose une nouvelle œuvre et déroule dans le parcours certains de ses avatars récents.