Créer un compte

  • Panier : (vide)

600,00 €

Bruno  Peinado

« Hand me down your love », 2018 [Doigts]

Série de sculptures en résine acrylique teintée dans la masse réhaussée à la feuille d’or et à la pâte à modeler.

Chaque œuvre est unique.

 

Chaque sculpture étant unique merci de confirmer votre choix à elsa@editions-dilecta.com

 

« Hand me down your love » procède de notre rencontre avec Bruno Peinado à l’occasion de l’édition d’Il faut reconstruire l’Hacienda, catalogue de son exposition éponyme au Musée régional d’art contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée à l’été 2016. « Hand me down your love » en est un écho lointain. 

(…)

Résonne non loin un ensemble de mains, « Hand me down your love ». Chacune, unique, et pourtant si semblable à toute main, à la main de tout un chacun, se présente donc aussi dans un rapport ambigu à la notion de série. Tout au contraire de la production en série, il est ici question de minutie. Moulées sur l’entourage de l’artiste, ces mains sont celles de ceux qui lui donnent la main, qui lui donnent un coup de main, qui mettent la main à sa pâte. Leurs couleurs douces appellent autant à la caresse que la rugosité de leur matière parle de leur humanité. Ces mains participent activement d’une communauté, tout sauf figées, elles produisent. Des objets, des relations, c’est selon.

Le wabi-sabi, cette conception esthétique japonaise selon laquelle la beauté procède de l’acceptation de l’imperfection inspire ici Bruno Peinado : portant fièrement les marques de leur fabrication, exhibant leurs cassures rehaussées de fils d’or en allusion au kintsugi, art nippon de la réparation magnifiant d’or les cassures resoudées, ces mains s’offrent comme un hommage à l’humain, à sa finitude comme à son infinie résilience. L’artiste aime à les penser à la manière d’archipels, de fragments de continents. L’on pourrait aussi dire que dans cet éclatement elles nous parlent de ce qui nous relie.

(Extrait du texte de Aude Launay)

 

Cette série est issue de l’exposition éponyme qui s’est tenue à la galerie au printemps 2018.

 

Consulter la fiche du livre >