Créer un compte

  • Panier : (vide)

23,00 €

Jacques Baron, l’enfant perdu du surréalisme

240 pages
19 x 24 cm
livre broché cousu avec rabats
plus de 70 illustrations
langue : français
parution : 2009
ISBN : 978-2-916275-58-1


Feuilleter le livre >


Jacques Baron a traversé, entre les deux guerres, toute l’avant-garde littéraire et politique.

Ce nouveau numéro de la Nouvelle Revue Nantaise permet de découvrir l’œuvre trop méconnue de ce « gosse de Bretagne égaré à Paris » : vers, contes, articles, correspondances... Certains de ses poèmes d’extrême jeunesse ont été rédigés sous l’égide de Dada, d’autres empruntent à la veine surréaliste.
À la lecture de cet ouvrage, on croise les noms de Louis Aragon, André Breton, René Crevel, Raymond Queneau et Michel Leiris – l’ami fidèle – mais aussi celui d’Henry Miller. Tous furent liés à ce « lycéen ingénu » qui, « sous l’ombre portée de Rimbaud », a fait acte de surréalisme absolu. À ses côtés – dans les pas de Jacques Vaché – on parcourt encore les rues de Nantes. On y respire l’esprit du large et les embruns des océans sur lesquels le jeune poète vogua comme pilotin, au début des années 1920.
Une fois la rupture avec Breton consommée, il participe à la création de La Revue marxiste, puis s’engage auprès de Boris Souvarine dans l’aventure de La Critique sociale. Avec conviction, il en assure le secrétariat de rédaction. Jacques Baron incarne le type de ces jeunes révolutionnaires de l’esprit et du cœur. La description et l’analyse de son parcours permettent de constater que ces années prétendues « folles », lourdes à la fois d’espoirs et de menaces, présentent une forte ressemblance avec l’époque contemporaine.