Créer un compte

  • Panier : (vide)

20,00 €

Bruno Pélassy

Bruno Pélassy

Livre broché cousu
128 pages
12,5 x 20 cm
Langues : français / anglais
Texte : Marie Canet
Prix : 20 €
ISBN: 979-10-90490-70-3 
parution: 13 mars2015

 

Bruno Pélassy est un artiste protéiforme : dessinateur, sculpteur, couturier... Il est né en 1966 à Vientiane (Laos) etil est décédé à l’âge de 36 ans à Nice. Dans son travail, il explore et déploie une poétique de la vie et de la mort liéeau virus du Sida, qu’il contracte en 1987. Il a alors à peine 21 ans. Dans les années 1990, le Sida est déjà une réalité depuis près d’une décennie ; artistes et activistes s’emparent du sujet et de sa violence. Dans ce contexte, Pélassy inscrit ainsi son travail de façon politique (par l’imaginaire auquel il se réfère), et de façon sensible et formelle (par l’usage de métaphores, des figures mises en scène ou par le jeu des techniques employées). Son œuvre est aussi sombre que sensible et clairvoyante, romantique et lumineuse. Icône de sa génération, il a influencé profondément toute une génération d’artistes.

« C’est dans ce contexte qu’un nombre important d’œuvres, de vidéos ou d’actions produites par les artistes et les malades, du milieu des années 1980 à aujourd’hui, a permis d’envisager le Sida en termes de langage et de représentation, de science et de médecine, de sexe et de mort, d’expérience intime et d’expérience publique. [...] La pratique de la couture, premier métier de Bruno Pélassy, lui permet de transposer l’art du tissage et la technique du patchwork sur le déroulé de la bande magnétique. L’assemblage des morceaux d’images par couture et fragiles sutures autorise ainsi une organisation modulaire des matières et des textures hétéroclites. Le dispositif opérationnel du cinéma se construit aussi dans Sans titre, sang titre, cent titres sur le défilement de photogrammes qui, répétés sur le ruban mis en mouvement, travaillent la succession des surfaces et des motifs indépendamment de toute linéarité. Par les retours et raccords de figures ou de textures, par la répétition de certaines images, l’artiste crée des médaillons ornementaux disposés en points d’équilibre sur un film-surface a priori décousu. Les nœuds se défont, la structure de l’œuvre, même virtuose, s’effiloche par nonchalance et esprit de sabotage. Tout le processus tend à sa propre négation. Les oeuvres de Pélassy sont précaires, cassées, difficilement accrochables, produites dans un esprit artisanal et d’accumulation, de goût pour la fabrication, et elles marchent cependant contre la pérennité. Elles vont à l’encontre du système de production qui les a instaurées. Au croisement du bijou et de l’objet décoratif, ce sont des choses domestiques car, faites à la maison, elles valorisent dans leur élaboration comme dans leur contenu l’intimité du faire et de sa destination. » (Marie Canet)