Créer un compte

  • Panier : (vide)

20,00 €

Claude Lévêque

cellule516 - Être plus fou que celui d'en face

80 pages 
18 x 24 cm 
livre broché
langue : français / anglais 
parution : 2015
ISBN : 979-10-90490-72-7

Textes de Dominique Païni, Chantal Thomas, Audrey Koulinsky, Claude Lévêque


Pour sa seconde édition, la cellule516 invite Claude Lévêque à prendre position dans cette zone d'art habitée.


Quatre mois par an, pendant l’été, les résidents de la cellule dʼhabitation 516 de la Cité Radieuse Le Corbusier (Marseille) invitent un artiste de renommée internationale à prendre position avec ses oeuvres dans ce lieu mythique de lʼarchitecture du xxe siècle.

"Être plus fou que celui d'en face"

Cette année, c’est Claude Lévêque qui a séjourné quelques jours dans la cellule, afin de définir ce que signifie ici le terme « habiter ». Libre d’interagir avec l’architecture, la charge intime et la fonction domestique de la cellule, l’artiste a pu s’approprier l’ensemble des espaces, modifier la disposition de nos meubles et de nos objets, les faire disparaître, les remplacer par d'autres, il changer l'attribution des pièces, faire le vide par endroits, le plein par ailleurs, mais a eu pour contrainte de maintenir valides les fonctionnalités vitales des lieux qui demeurent habités pendant les 3 mois d’ouverture. Il a ensuite donné ses instructions quant au mode d'habitation / cohabitation avec les oeuvres installées.

La collection « Les actes de la Cellule 516 » rend compte après chaque saison de ce qui s’est joué pour ses résidents permanents et temporaires : comment l’oeuvre d’art impacte – c’est-à-dire fait varier – les déplacements et les habitudes corporelles quotidiennes au sein du logis, les pensées et le vécu subjectifs de ses résidents (permanents et temporaires), autrement dit, comment se (re)définit, dans ce contexte, la fonction « d’habiter », et simultanément la notion d’oeuvre d’art.


Claude Lévêque est né à Nevers, en 1953. Il vit et travaille à Montreuil (Seine- Saint-Denis) et à Pèteloup (Nièvre). Aussi bien plasticien que photographe, il utilise les matériaux ou les motifs/sujets les plus contemporains. Toujours attaché à son environnement quotidien, il intervient dans l’espace urbain et transforme les lieux d’exposition en univers personnels. Il est représenté par la galerie Kamel Mennour (Paris).

Chantal Thomas, écrivain et universitaire, a obtenu le prix Femina pour son premier roman,  Les Adieux à la reine (Le Seuil, 2002). Accueillie en résidence dans la cellule516 pendant une semaine, elle est invitée à répondre par la fiction ou le récit à la question « Qu’est-ce qu’habiter la cellule516 ? » Un cahier critique est intégré aux Actes de la Cellule 516 et réservé à l’expression d’une pensée analytique et esthétique documentée visant à mettre mise en perspective l’oeuvre de l’artiste. Cette année, c’est à Dominique Païni, écrivain, critique et commissaire d’exposition, spécialisé en cinéma, que ce texte a été confié.

Comme chaque année, Audrey Koulinsky, galeriste et résidente de la cellule516, rend compte de son expérience dʼhabitante au fur et à mesure des saisons de la cellule516. Marion Coullaud-Rosseel, choréologue, vient à chaque édition se mêler incognito aux visiteurs pendant quelques jours pour noter leurs attitudes corporelles et déplacements au sein de la cellule, comme on note une chorégraphie de ballet. Elle sélectionne quelques moments de cette partition collective pour les figurer dans les Actes de la cellule516.