Créer un compte

  • Panier : (vide)

39,00 €

Heinz Mack

Mack. Spectrum

224 pages
22 x 30 cm
Livre relié, cousu, cartonné
Textes de Matthieu Poirier, Heinz Mack
Langues : français / anglais
Parution : 2016

Coédition Éditions Dilecta / Galerie Perrotin

ISBN : 978-2-37372-005-1

 

« Le parcours de Heinz Mack se déploie depuis 1950, à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf, alors encore en pleine reconstruction, où il effectue ses premières recherches graphiques et découvre les avant-gardes historiques. Après des études de philosophie à l’université de Cologne de 1953 à 1955, il effectue de nombreux voyages au Sahara où ses réalisations, dès 1962, préfigurent le land art. 1957-1966 est une période-phare : Heinz Mack est, avec Otto Piene puis Günther Uecker (celui- les rejoint en 1962), le fondateur et l’acteur central de ZERO, une entité artistique à géométrie variable qui réforme le principe même de l’art abstrait à l’aune de la peinture monochrome, du mouvement, de la phénoménologie et des sciences cognitives, sans oublier les années 1970 et 1980, pendant lesquelles nombre de ses sculptures, volontiers monumentales, intègrent l’espace urbain allemand. Sur sa carte de visite, Heinz Mack se présente en qualité de « sculpteur et peintre ». L’ordre de ces mentions est important : il fait prévaloir la modulation de la matière dans l’espace sur la création d’images à la surface du tableau. Autrement dit, même les toiles que l’artiste tend sur châssis dès le milieu des années 1950 sont recouvertes d’une matière dont les empâtements abondants les tirent vers ce domaine intermédiaire de l’histoire de l’art, situé entre la peinture et la sculpture, qu’est le relief. Ces reliefs, quant à eux, sont à proprement parler des sculptures murales, c’est-à-dire que leurs éléments forment une saillie conséquente par rapport au plan sur lequel ils sont fixés. Comme des sculptures en ronde-bosse, ils sont constitués le plus souvent de matériaux traditionnels (peinture, métal, bois, pierre, verre, plexiglas, plâtre ou sable) et traités avec des outils d’atelier qui le sont tout autant. Pourtant, contre toute attente au vu de cette description matérielle et technique, leur apparence demeure insaisissable, toute fixation mentale ou photographique semble impossible. Cette apparence, donc, consiste en un jeu perceptif incessant avec la lumière et l’espace réel. La matière y semble littéralement consumée par les jeux de réflexions et l’œuvre n’existe que dans un double mouvement d’apparition et de disparition. Il s’agit là d’un paradoxe, indissociable de l’histoire du cinétisme et de l’art perceptuel dont Heinz Mack fut un acteur central, entre l’évidence du fait matériel et la complexité de ses effets. Une même tension s’applique à l’arborescence de la vie de l’artiste, qui ne saurait être abordée avec fidélité depuis un point de vue fixe ou selon une perspective centrale. »  Matthieu Poirier


« J’ai toujours recherché la simplicité parce que le monde déborde d’images et celles-ci n’apportent que de la confusion. Mais cette simplification, précisait-t-il, ne saurait être assimilée à un appauvrissement : elle produit de l’énergie. » Heinz Mack